Les limites du déterminisme

Qu’est-ce que le déterminisme ?

C’est une notion philosophique selon laquelle l’enchaînement ininterrompu des événements et des phénomènes est dû au principe de causalité et peut en théorie être décrite et donc prédite par une loi mathématique.

Dans la plupart des cas c’est vrai. Grâce à la Science, en découvrant les causes sous-jacentes à certains phénomènes, on peut prédire les résultats, comme c’est le cas avec les prédictions météorologiques. Si parfois les prédictions sont inexactes, cela est dû seulement à des instruments de mesures pas assez performants. En améliorant la précision des instruments, on améliore la précision des prédictions, avec un point théoriquement atteignable où la précision des instruments est parfaite et les prédictions aussi.

Cette théorie est plutôt séduisante et j’avoue avoir été moi-même déterministe pendant quelques années. Ce que j’aimais dans cette théorie c’était qu’elle signe la suprématie de la logique sur toute autre forme d’intelligence. Tout est prévisible donc tout est logique ! Et finalement c’est plutôt rassurant.

Je pense que dans l’immense majorité des cas, les déterministes sont aussi athées même s’il y a des exceptions et que l’inverse n’est pas forcément vrai. Si ces deux modes de pensée ne sont pas directement liés, ils sont connectés car cohérents dans une même logique. Dans un monde où tout est prévisible, où la logique régit tout, quel serait la place de Dieu ? Ne serait-il pas que le spectateur passif d’une pièce de théâtre pour laquelle le final a déjà été écrit ? Et si Dieu n’a aucun pouvoir, il ne correspond pas à sa propre définition.

Le déterminisme pose d’un autre côté une question d’éthique. Si toutes mes actions ne sont que le résultat prévisible de mon éducation, mon niveau de réflexion, de mes expériences passés, de mes souffrances … Suis-je finalement responsable et condamnable pour celles-ci ? Le processus de réflexion qui m’a amené à effectuer telle action peut-il être considéré comme mon libre arbitre vu qu’il est interne à ma personne, même si le résultat était joué d’avance ?

Mais voilà de nos jours, le déterminisme est complètement discrédité. Pourquoi ? Parce que l’on a trouvé au moins un exemple pour lequel on ne peut PAS prévoir.

Petit rappel sur la mécanique quantique:

Branche de la physique qui a pour but de décrire le fonctionnement des objets microscopiques (molécules, atomes, particules …). Ses résultats sont surprenants et sont une énigme pour la physique moderne.

On peut d’ailleurs citer le célèbre physicien Richard Feynman qui disait: « Si vous croyez comprendre la mécanique quantique, c’est que vous ne la comprenez pas ». Quand on connait le niveau intellectuel de Richard Feynman, on ne peut que se demander ce que nous, pauvres mortels, pourrions espérer y comprendre. On ne va donc pas essayer de rationaliser mais faire la simple observation de ses principes de base.

Principe 1: Principe de superposition

En mécanique quantique, les objets peuvent être dans plusieurs états à la fois. Par exemple, un électron peut avoir à la fois une vitesse de 1000 km/h et de 2000 km/h. On notera:

|Electron> = |1000 km/h> + |2000 km/h>

Principe 2: L’indéterminisme de la mesure

Reprenons notre électron du dessus qui a une vitesse de |1000 km/h> + |2000 km/h>. Si nous prenions un instrument de mesure et que nous essayons de mesurer sa vitesse, qu’obtiendrions-nous ? 1000 km/h ? 2000 km/h ? 1500 km/h ?

Et bien on obtiendra 1000 km/h ou 2000 km/h … Et nous n’avons absolument aucun moyen de prédire lequel ce sera. Le mieux que nous puissions faire c’est calculer la probabilité d’obtenir l’un ou l’autre. Et lorsque la mesure aura été effectuée, l’électron gardera la vitesse à laquelle il a été enregistré. Comme si prendre cette mesure stabilisait l’électron dans un état stable.

Vous vous demandez sûrement si la probabilité d’obtenir telle ou telle vitesse ne serait pas le résultat de causes cachées que l’on n’aurait pas encore trouvé ? Et bien non ! Cette théorie a été maintes et maintes fois expérimentées par des scientifiques bien plus sceptiques que vous et l’on a pu démontrer qu’il n’y en avait pas. De là à expliquer pourquoi …

La mécanique quantique a pleins d’autres principes étonnants et tout aussi intéressants mais je ne m’attarderai pas dessus. Si ça vous intéresse, je vous conseille de lire l’article de David Louapre, qui est un de mes vulgarisateurs scientifiques préférés et qui vous expliquera ça bien mieux que moi.

https://sciencetonnante.wordpress.com/2013/09/30/les-7-merveilles-de-la-mecanique-quantique/

Le débat entre Niels Bohr et Einstein sera devenu célèbre. Einstein essayait de discréditer la mécanique quantique qu’il trouvait absurde (et qui pourrait lui en vouloir). Pendant un échange, il aurait dit: « Dieu ne joue pas aux dés ! » et Niels Bohr de répondre: « Qui es-tu Albert Einstein, pour dire à Dieu ce qu’il doit faire ? ». L’avenir aura donné raison à Niels Bohr.

Religion mise à part, la mécanique quantique aura mis un coup dur au déterminisme. Si seulement les objets de l’échelle atomique et subatomique sont concernés, ses effets ont un impact à l’échelle macroscopique. Il faut considérer une part de hasard et d’incontrôlable dans la manière dont nous considérons le monde.

 

 

Découvrez aussi les 5 principes de la pensée stratégique:

Les 5 principes de la pensée stratégique

Laisser un commentaire